Quelle isolation phonique choisir pour faire des économies d’énergie ?

Quelle isolation phonique choisir pour faire des économies d’énergie ?

Isoler son logement apporte des avantages non seulement thermiques, mais aussi phoniques. De la même manière que pour les travaux d’isolation thermique, certains indices ont été définis permettant de caractériser les différents bruits.

Pour profiter des avantages du confort absolu, il faut procéder à une isolation 2 en 1 alliant performances phoniques et thermiques. Pour ce faire, le choix des matériaux isolants doit être judicieux. Découvrez le bénéfice que procure l’isolation des bâtiments sur le plan phonique ?

L’isolation thermique : un atout pour l’insonorisation

Les nuisances sonores constituent des phénomènes extérieurs indésirables parfois gênants ! Heureusement, les travaux pour isoler les locaux présentent d’autres avantages, en matière d’environnement mais également en matière de bruit.

Là où l’air passe, la chaleur et surtout le bruit s’infiltrent également ! Ainsi, une pièce parfaitement étanche dispose de deux atouts. Son efficacité se fait sentir aussi bien au niveau thermique qu’acoustique.

Le choix des matériaux pour isoler efficacement permet de bénéficier de résistances élevées. Pour ce qui concerne le phonique, il convient d’opter pour des isolants à la fois rigides et légers. À noter enfin que pour réduire sa facture, la solution idéale consiste à se tourner vers des matériaux traitant simultanément ces deux domaines. Et vous pouvez les utiliser dans n’importe quelle pièce de la maison, même le garage.

Isolation phonique : comment procéder ?

Il faut tenir compte de deux facteurs pour assurer un niveau de confort phonique satisfaisant, notamment :

Une isolation phonique

Elle vise à atténuer la propagation des ondes sonores entre deux locaux.

Une correction acoustique

Elle diminue la réverbération du bruit par le plancher, les murs ou le plafond. 

  • Le traitement doit répondre aux 3 conditions techniques notamment :
  • Un cadre de travail adapté aux besoins de la maison à isoler.
  • Un choix approprié des matériaux
  • Un chantier étudié.

Isolation phonique : les différents endroits à isoler

Isolation du toit

La toiture représente la source d’environ 30 % des déperditions thermiques, mais également responsables de la pollution sonore, surtout dans une région bruyante. Pour pallier ce problème, il se révèle indispensable de procéder à l’isolation complète de la toiture, en procédant à un aménagement du grenier. 

Cette intervention assure une bonne isolation tant sur le plan thermique que sur le plan acoustique. Pour cela, il faut choisir un isolant accompagné d’un revêtement dense.

Isolation des murs

Dans une maison, les murs entraînent 20 % des pertes de chaleur. Aussi, les nuisances sonores provenant de l’extérieur atteignent la maison par les mêmes accès que les airs. Par contre, lorsque ces entrées sont convenablement isolées, ces derniers procurent un niveau de vie idéal en termes de bruit.

Isolation du plancher

Une mauvaise isolation des planchers entraîne 10 % des déperditions énergétiques. Au-delà, ils constituent un enjeu majeur en matière de correction acoustique. La pose des produits isolants sur les cloisons permet en effet de limiter le bruit des impacts.

Isolation des vitrages

Il faut savoir que près de 15 % des besoins thermiques se perdent à travers les parois vitrées. Leur isolation protège la maison contre les pollutions sonores extérieures. Si sa dimension est supérieure à 8 mm, une fenêtre à simple vitrage se révèle satisfaisante pour le confort acoustique.

Calfeutrage d’une porte palière

La porte palière permet de neutraliser le bruit transmis entre deux pièces. En effet, une porte étanche et lourde isole efficacement contre les nuisances sonores. Pour améliorer le niveau de performance phonique des portes, il faut parfois augmenter l’épaisseur des vantaux.

Isolation phonique : le cas de l’habitat collectif

Les nuisances sonores représentent une source importante de problèmes dans les immeubles collectifs. Ces derniers sont dus à une défaillance de leur structure. Pour bénéficier de la tranquillité, il est préférable de se montrer diplomate avec le(s) voisin(s) responsable(s) de ces désagréments. 

Sinon, il faut envisager l’isolation phonique d’un appartement en mettant en place des solutions d’insonorisation spécifiques. En particulier la pose d’un faux plafond en suspens, application des peintures et du mastic antibruit.

Comment choisir le meilleur matériau d’insonorisation ?

Pour déterminer le choix des meilleurs matériaux acoustiques, il faut savoir la provenance du bruit. Pour atténuer ces pollutions sonores, il existe plusieurs revêtements. De fines sous-couches telles que la laine minérale peuvent aussi être installées. 

Ce matériau, étant élastique, permet une désolidarisation performante qui limite la propagation du son. De même, l’isolant biosourcé remplit également de solides performances acoustiques.

 

img

Team Logis